Système Séré de Rivière 2

Implantation du système "Séré de Rivières"

La loi votée le 17 juillet 1874 avait débloqué des crédits considérables (quatre-vingt dix millions de francs-or) permettant le démarrage des premiers chantiers sur la Haute Moselle (Le Parmont, Rupt) et à Toul.
On commence la construction des forts du Mont St Michel, d'Ecrouves, de Domgermain et de Villers le Sec.
Deux à trois ans étaient nécessaires pour achever un fort.
En 1875, 7 forts furent mis en chantier autour de Verdun, puis 4 en 1876 et en 1877.
Autour d'Epinal, zone jugée moins prioritaire les travaux ne furent engagés qu'en1876, 4 forts.
Le premier rideau défensif de Verdun à Toul finit par comprendre 7 forts sur les côtes des Hauts de Meuse.
Le second rideau joignait le camp retranché d'Epinal à celui de Belfort : 6 forts.

Les forts d'arrêts se situaient à : Manonviller, Pagny la Blanche côte, Bourlémont, Pont St Vincent, Frouard pour la trouée de Charmes Longwy et Montmédy (anciennes places fortes modernisées) et le fort moderne des Ayvelles pour la trouée de Stenay.

 Au début des années 1880, pour tenir compte des progrès de l'artillerie, d'autres forts furent construits.
En 1885, 20 forts et batteries à Verdun, 11 à Toul, 15 à Epinal.

Ouvrages antérieurs à 1870 conservés

 

Principaux ouvrages construits après 1875

 

Ouvrages construits entre 1885 et 1914 ou plus ou moins modernisés à cette période

 

 

 

 

 

Derrière cette première ligne fortifiée fut constituée une seconde ligne :
Besançon, Dijon, Langres, avec l'extension de la place de Langres et l’amélioration de la place de Besançon Reims, Laon, La Fére , seul 3 forts seront construits entre Reims et La Fère.

Une troisième ligne prévue, en particulier entre Nogent sur Seine et Montereau, devant Paris s’appuyant, sur les fortifications de 1840 ne dépassera le stage de projet.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

Le système Séré de Rivières eut un rôle essentiellement de surveillance, d'interdiction et de défense si nécessaire.
Malheureusement les progrès rapides de l'artillerie et surtout des munitions ont porté un coup fatal aux ouvrages réalisés avant 1885. La mélinite, acceptée en remplacement de la poudre noire est un explosif redoutable dont l'effet d'explosion à l'impact l'emportait de loin sur l'effet de choc.

La nocivité de ces obus fut considérablement augmenté par le progrès des fusées : soit percutantes, soit à double effet permettant l'éclatement de l'obus à mitrailles en l'air (effet antipersonnel) ou au choc (destruction de murailles) ou à retard permettant à l'obus de s'enfoncer dans la couverture de protection pour venir exploser sur le dos des voûtes maçonnées et les détruire.

 

Auteur : infos sur l'auteur | contactez l'auteur